Le 25 novembre dernier a eu lieu la plantation du premier arbre de la future forêt urbaine qui sera située sur le nouveau giratoire du Plan.

Le Grand Avignon et le Conseil Départemental de Vaucluse ont réalisé en 2020 et 2021 des travaux d’aménagement d’un carrefour giratoire, situé au niveau de l’échangeur de la RD 942 desservant la ZA du Plan. Ce nouveau carrefour a pour objectif de sécuriser les entrées et sorties de la ZA le Plan, de Malgouvert-Trévouse, de l’avenue du Plan.

Les travaux terminés, le Grand Avignon a en charge l’aménagement paysager du giratoire.
Il a été décidé, en partenariat avec la commune, d’expérimenter sur cet espace la création d’une forêt urbaine intégrant près de 1 000 arbres à terme. Le dimensionnement est idéal pour cette mise en place. Le projet prévoit d’importants aménagements sur les 2 000 m² de ce nouveau giratoire : préparation des sols et mise en place d’une structure arboricole selon les techniques de permaculture et à partir d’une sélection pertinente d’essences endémiques (micocouliers, frênes, érables…), dont les plantations débuteront cet hiver.

Le budget alloué à cette expérimentation par le Grand Avignon est de 50 000 €. Les plantations se déroulées en début d’hiver.

Un choix d’essences rigoureux

De nombreuses essences seront plantées apportant ainsi un véritable environnement paysager à l’entrée de cette zone, et une diversité d’essences : Celtis Australis, Quercus ilex, Quercus pubescens, Ostrya Carpinifolia, Pinus halepensis, Fraxinus Angustifolia, Acer Campestre.
Le choix de ces essences s’est porté sur des arbres de type méditerranéen, nécessitant peu d’arrosage et étant présents à l’état naturel. Différentes tailles d’arbres seront plantés, permettant ainsi de créer un effet de relief. Des plants forestiers, des baliveaux, ainsi que des arbres de taille 10/12 seront utilisés.

Pourquoi planter une forêt en ville ?

Les effets induits par ce « poumon vert » pourront être observés sur le temps.
La création de ces mini-forêts urbaines permet ainsi de favoriser l’infiltration des eaux de ruissellement, d’éviter les inondations, de recharger plus efficacement les nappes phréatiques et d’éviter l’érosion des sols.
Introduite dans un tel environnement, elles agissent rapidement et efficacement sur la qualité de l’air. Elles peuvent faire diminuer considérablement les particules fines, d’environ 50 %. Elles jouent aussi le rôle de centrale de stockage de Carbone, qu’elles viendront transformer en bois et stocker dans le sol ; tout en restituant une importante quantité d’Oxygène en contrepartie dans l’atmosphère, grâce au fabuleux phénomène de photosynthèse.
Dans ce contexte, elles agissent également en véritable régulateur de température. En été, elles peuvent faire diminuer de plusieurs degrés la température (au moins 2°C) dans l’environnement immédiat par le biais de l’évapotranspiration des feuilles. Ce bosquet de feuillus et de conifères viendra ainsi renforcer l’environnement naturel au profit de la biodiversité locale et d’une forte valeur paysagère.