Saviez-vous que les abeilles restent actives en cette période ? Voici ce qu’il faut savoir sur leur rôle et leur importance.

Malgré le froid qui se fait peu à peu ressentir, les abeilles restent actives, le temps pour elles d’aller récolter les dernières gouttes de précieux nectars, tels que celui des lierres, des chrysanthèmes à grandes fleurs, de néfliers du Japon ou d’arbousiers.

« Contrairement à ce qu’il est coutume de croire, les abeilles ne dorment pas pendant la saison froide. En effet, elles hivernent, c’est-à-dire qu’elles passent les mois rigoureux à l’abri, mais restent actives. Leur principale mission est de protéger l’essaim et surtout de reproduire de la chaleur pour toute la grappe d’abeilles. Face au froid qui s’installe de plus en plus, elles maintiennent une température de 18 à 22° pour permettre à la reine de continuer sa ponte très ralentie », explique Jérémy Isambart, apiculteur Au Rucher de Cyrielle.

En automne déjà, la reine donne naissance à des « abeilles d’hiver », des abeilles femelles plus résistantes au froid, qui butineront aux premiers redoux mais passeront principalement leur vie à l’intérieur de la ruche.

Hiver trop doux ? Attention danger !

« L’hiver est une étape de transition très importante. Il ne faut pas craindre les températures négatives, de peur que les abeilles aient trop froid. En revanche, ce qui est à redouter, c’est un hiver trop doux où les abeilles continueraient d’être en pleine activité et se retrouveraient totalement épuisées ou considérablement affaiblies au printemps. C’est dans ces conditions que l’issue peut leur être fatale … C’est bien pour cela que le réchauffement climatique a une forte incidence sur la survie des abeilles dans le monde », rajoute Jérémy Isambart.

Quant au travail de l’apiculteur, il est certes plus discret en hiver, mais reste bien présent.
« L’apiculteur surveille régulièrement plusieurs paramètres comme le poids de la colonie, la présence de parasites, l’état des réserves et l’apport de nourriture de complément si besoin, car il faut savoir qu’en hiver, l’abeille triple ses repas ! »
Par ailleurs, l’apiculteur prépare son matériel, inspecte chaque élément de la ruche et fait en sorte que les hausses soient prêtes pour le printemps à venir.
Nous pourrons alors observer et apprécier nos précieuses butineuses sur les premières fleurs de printemps, tels que les cerisiers présents dans notre commune.

Les bienfaits uniques du miel

Tous les miels ont des vertus fortifiantes, antimicrobiennes, immunostimulantes.
Ils boostent l’énergie, nourrissent les muscles et le cerveau grâce à leurs glucides (fructose, glucose, maltose, etc.) Les miels sont également une source particulièrement importante d’antioxydants, majoritairement des flavonoïdes. Les plus foncés, comme celui de sarrasin, en contiennent des quantités supérieures aux miels plus clairs. Leur intérêt est croissant durant l’hiver car ils participent au renforcement des défenses naturelles.