La commune dispose encore de sections et éléments remarquables de fortifications témoins de l’évolution de son organisation médiévale et de la volonté Papale de la mise en défense du Comtat Venaissin. Les remparts d’Entraigues sont principalement lisibles dans la partie Ouest de la ville, où la topographie contraignante a permis sa conservation.

Après la révolution Française, n’ayant plus les moyens d’entretenir des remparts en mauvais état, le Préfet de l’époque a autorisé les communes, à céder les remparts aux propriétaires privés situés de part et d’autre des remparts.
Aujourd’hui, ces remparts appartiennent pour certains à la commune, mais une grande majorité d’entre eux, sont la propriété de personnes privées. Avec le temps, ils se sont fortement dégradés et présentent pour certains des risques pour la sécurité publique ou la sécurité des occupants des logements qu’ils soutiennent.
Le Conseil Municipal a délibéré le 17 décembre 2020 pour lancer une procédure d’étude en vue de les analyser puis a mandaté un architecte du patrimoine M. Bruno JOUVE pour disposer d’une étude précise afin de mieux définir l’état sanitaire des fortifications et hiérarchiser les interventions nécessaires (travaux d’urgence, restauration ou entretien courant).

La première phase de cette étude a consisté en la réalisation de relevés photogrammétriques et lasergrammétriques par drone et scanner 3D.
Deux géomètres ont effectué ce mois de septembre des relevés très précis qui sont indispensables pour connaître l’état des remparts avant toute analyse et intervention. L’étude préalable comprendra un bilan documentaire et une étude historique, des relevés graphiques et photographiques, un état sanitaire de l’ouvrage, un programme des interventions à mener et une estimation des travaux.
L’objectif de la commune est de disposer d’une étude véritablement pré-opérationnelle qui permettra d’arrêter un programme de restauration, de déterminer et de budgétiser clairement les campagnes de travaux à mener à court, moyen et long terme sur la partie publique des remparts. Concernant les parties privées, un cahier des charges des travaux devra être respecté. Des subventions pourront être éventuellement proposées.

Petit historique des remparts

En l’absence d’écrits de cette époque lointaine, il est impossible de donner la date de construction du premier rempart de notre village.
Toutefois, l’article 157 des statuts de la République d’Avignon, indique la volonté d’édifier une forteresse à Interaquis et des moyens à y consacrer. On peut dire qu’à compter de 1247, le village commence à se doter de son premier rempart. Cette première enceinte suit sur les hauteurs, les mouvements du gros bloc de safre sur lequel s’installe lentement la cité. La muraille fera l’objet de nombreuses et coûteuses réparations après le milieu du 14ème siècle. C’est l’époque où les Compagnies de routiers ravagent le Comtat Venaissin.

En 1383, une extension du village va se faire coté levant (boulevard St Roch) avec le rajout d’environ 250 mètres linéaires de rempart, créant ainsi la rue du château et donnant la forme définitive de l’intra-muros que nous connaissons aujourd’hui.